Published on May 05

Bibliomaniacs épisode 78 Avec Jean Hegland - VF

En cette période de confinement, les Bibliomaniacs innovent, et vous proposent une émission spéciale en compagnie de la romancière américaine Jean Hegland, qui nous a fait l’immense bonheur d’accepter notre invitation. Est-il encore besoin de présenter Jean Hegland ? Les lecteurs francophones l’ont (re)découverte en 2017, à l’occasion de la publication chez Gallmeister de son roman-phare, Dans la forêt (Into the Forest, trad. Josette Chicheportiche), plus de vingt ans après sa sortie américaine. Ses deux autres romans, Windfalls (2004) et Still Time (2015), n’ont pas encore été traduits en français.   Au-delà de la « prouesse » technique et du challenge que représentait pour nous l’enregistrement d'une émission en anglais, en duplex avec la Californie, nous étions surtout très intimidées à l’idée de pouvoir converser avec cette auteur(e) talentueuse, dont le roman nous avait toutes beaucoup touchées (souvenez-vous, nous en avions parlé dans notre émission de mars 2017 (http://www.bibliomaniacs.fr/bibliomaniacs-mars-2017-bryson-hegland-golding/)). Jean Hegland a su faire preuve de beaucoup de gentillesse et de simplicité pour nous mettre à l’aise. Elle s’est par ailleurs montrée particulièrement loquace, ce dont nous lui sommes infiniment reconnaissantes. Il nous a fallu du temps pour redescendre de notre petit nuage après l’enregistrement ! Résultat ? Une heure d’échanges chaleureux et de discussions passionnées, que nous vous proposons de découvrir dans cette 78ème émission. Nous avons bien sûr profité de l’occasion pour lui poser quelques questions sur Dans la forêt, mais nous souhaitions également recueillir ses impressions sur la crise actuelle. Jean Hegland a également évoqué son intérêt pour la collapsologie, ainsi que son amour de la nature et de la forêt, au travers de deux ouvrages qu’elle avait elle-même choisis (et que nous avions donc lu pour l’occasion) : Plutôt couler en beauté plutôt que flotter sans grâce / Réflexions sur l’effondrement, de Corinne Morel Darleux (2019, éditions Libertalia)  L’arbre-monde, de Richard Powers (The Overstory, 2018, éditions du Cherche-Midi, trad. Serge Chauvin) Chacune d’entre nous lui a ensuite recommandé un livre, que nous pensions susceptible de lui plaire. Les recommandations des Bibliomaniacs : Coralie : Cristallisation secrète (The memory police), de Yoko Ogawa, chez Babel Léo : Tobie Lolness (Toby Alone), de Timothée de Fombelle, chez Gallimard Jeunesse (Folio Junior) Amandine : Dans les forêts de Sibérie (The Consolations of the Forest : Alone in a Cabin on the Siberian Taïga), de Sylvain Tesson, chez Gallimard (Folio) Eva : L’écart (The Outrun), d’Amy Liptrot, chez Globe Laure : L’homme qui savait la langue des serpents (The man who spoke snakish), d’Andrus Kivirahk, chez Le Tripode Coralie : Cristallisation secrète (The memory police), de Yoko Ogawa, chez Babel Léo : Tobie Lolness (Toby Alone), de Timothée de Fombelle, chez Gallimard Jeunesse (Folio Junior) Amandine : Dans les forêts de Sibérie (The Consolations of the Forest : Alone in a Cabin on the Siberian Taïga), de Sylvain Tesson, chez Gallimard (Folio) Eva : L’écart (The Outrun), d’Amy Liptrot, chez Globe Laure : L’homme qui savait la langue des serpents (The man who spoke snakish), d’Andrus Kivirahk, chez Le Tripode Un immense merci à notre amie Anne, qui a gentiment accepté de traduire et doubler les propos de Jean Hegland.

Voir plus

Bibliomaniacs

Bibliomaniacs épisode 78 Avec Jean Hegland - VF

00:00

59:32

00:00

Share the episode

Facebook

Twitter

Lien de
l'épisode

Code embed